Skip to main content

Intégrité

responsabilité et fiabilité

Une agriculture raisonnée

Soucieuse de l’avenir des générations futures et de l’environnement dans lequel elles évolueront, l’entreprise utilise des ingrédients issus de l’agriculture raisonnée luxembourgeoise pour confectionner ses pains et contribuer ainsi à la protection de l’environnement.

L’agriculture raisonnée ou la culture intégrée, sont des méthodes qui permettent de produire, de manière écologique et économique, des blés d’une excellente qualité. L’agriculteur s’engage à suivre des règles très strictes, dont le respect est rigoureusement contrôlé par la Chambre de l’Agriculture Luxembourgeoise. Ainsi, les pains Fischer sont produits à partir d’une agriculture raisonnée qui permet de produire de façon écologique et économique des blés d’une excellente qualité ne contenant ni pesticide, ni autre produit chimique.

L’entreprise utilise également du sel iodé, le meilleur pour la santé et s’alimente à une source d’eau cristalline, située dans la commune de Widdebierg au Luxembourg, qui lui permet de produire elle-même son levain. Ainsi, l’ensemble de ces éléments, à savoir l’eau et le sel, vous donne la garantie de déguster chaque jour un produit du terroir, de qualité et 100 % naturel.

Pour la production de ses pâtisseries, l’entreprise utilise du beurre, du lait et de la crème fraîche essentiellement d’origine luxembourgeoise. Ainsi, Fischer s’est progressivement imposé comme la première boulangerie du pays, réputée pour le goût, la fraîcheur, le choix de ses ingrédients offrant à ses produits une saveur authentique alliée à un équilibre alimentaire incontestable.

Qualité, hygiène et sécurité

Le secteur alimentaire est soumis à une double exigence de la part des pouvoirs publics et du consommateur : l’hygiène, la qualité et la sécurité des produits doivent être irréprochables. Le choix d’ingrédients issus de l’agriculture raisonnée pour les gammes de produits proposées, une marchandise saine, exempte de tout risque pour le consommateur et la satisfaction du client font parties des principaux objectifs de l’entreprise.

Pour répondre à ces impératifs, une équipe de spécialistes Fischer, dotée d’un matériel de pointe, veille au respect de normes de sécurité et d’hygiène et effectue quotidiennement tous les contrôles nécessaires. Les moyens de contrôle et de suivi de la qualité sont mis en œuvre à chaque étape clé de production : choix des ingrédients, fabrication, et vente des produits en boulangerie. La traçabilité faisant partie intégrante de la démarche qualité de l’entreprise, son laboratoire de microbiologie permet d’avoir une grande réactivité en ce qui concerne la qualité microbiologique de ses produits et de ses environnements de travail. Et si les produits sont régulièrement sélectionnés pour des analyses microbiologiques internes et externes, ils sont également soumis à des analyses inopinées faites par les services publics.

HACCP

Vers le risque zéro

Pour garantir la qualité de ses produits, la Boulangerie Fischer fonctionne sur base du système HACCP (l’Hazard Analysis Critical Control Points), conformément à une directive européenne transposée en droit national par le règlement Grand-Ducal du 27 juillet 1997 relatif à l’hygiène alimentaire.

Ce système identifie, évalue et maîtrise les dangers significatifs au regard de la sécurité des aliments (NF V 01-002).

Méthodes
de confection

Donner le temps au temps

Votre boulanger Fischer et ses collaborateurs s’engagent à vous offrir une qualité de services et de produits. Telle est la promesse qu’ils vous renouvèlent chaque jour lors de chacune des étapes méticuleuses et décisives de la confection du pain Fischer : le travail de la pâte, le repos, la fermentation et enfin la cuisson.

Le rôle du boulanger est essentiel

La tâche première du boulanger est de donner naissance à une belle pâte lisse et homogène. Cette première étape consiste à mélanger longuement les différents ingrédients de base selon un ordre et des quantités déterminés de farine, d’eau, de sel et de levain.

S’il est vrai que le pétrissage est automatisé, le rôle du boulanger n’en est pas moins important. A chaque instant, les bonnes pratiques du métier doivent être appliquées : contrôle du dosage des ingrédients, respect de la qualité d’oxygénation et de la température de la pâte (environ 25° C), ou encore vérification de sa fermeté.

Dans le respect des règles d’un savoir-faire traditionnel, le boulanger donne naissance à une pâte onctueuse qui n’adhèrera ni aux mains, ni aux parois du pétrin. Commence alors le travail du repos et de la fermentation de la pâte.

Le repos et la fermentation

Débutant d’ores et déjà au cours du pétrissage, la fermentation de la pâte est une étape cruciale. C’est le processus de la fermentation naturelle qui est à l’origine d’un bon pain volumineux, léger et aromatique.

Jérôme Assire, écrivain amoureux du bon pain, écrit dans Le Livre du Pain qu’il «n’est pas de pain véritable qui ne soit issu de la cuisson d’une pâte fermentée et l’art du boulanger a donc ceci de très particulier que sa matière première contient des organismes vivants qui la transforment. Le boulanger doit savoir avant tout maîtriser la vie ».

A la fin du pétrissage, le repos de la pâte n’est qu’apparent. La pâte subit nombre de réactions qui la transforme complètement. Le savoir-faire du boulanger consiste alors à faire évoluer ce travail tout en garantissant au consommateur le résultat d’un pain dont la qualité témoigne d’une fermentation harmonieuse.

Et la Boulangerie Fischer a bien compris l’importance « de donner le temps au temps » à sa gamme de produits. Elle a donc rendu ceci possible grâce à des salles climatisées et des artisans qui se relayent 24h/24 pour contrôler la qualité de chaque produit selon un procédé de fabrication basé sur le principe de la fermentation longue.

La cuisson

Juste avant d’enfourner le pain dans un four brûlant, le boulanger scarifie le pain pour permettre à la vapeur d’eau et au gaz carbonique de s’échapper au cours de la cuisson. Ce moment particulier s’apparente à une signature qui permet de distinguer les pains Fischer des autres.

Selon le type de produit à cuire, les fours sont chauffés différemment. Ils restent à température constante pour obtenir une croûte fine et craquante qui caractérise une bonne baguette ; à température légèrement décroissante pour obtenir une bonne croûte épaisse si caractéristique des pains rustiques Fischer.

Une fois le pain cuit, il faut lui laisser le temps de « respirer », pour pouvoir ensuite s’enivrer de sa bonne odeur flottant dans l’atmosphère. Cette odeur de bon pain chaud, présente dans votre boulangerie Fischer, représente tout l’engagement de ses collaborateurs. Vous offrir une qualité de services et de produits, telle est la promesse qu’ils vous renouvèlent chaque jour.